Fabien Gombo : La présence des diplomates occidentaux à Minembwe confirme leur soutien au processus de balkanisation de la RDC déjà décrié par Lumumba en 1960

Ci-dessous l’intégralité de l’analyse de Fabien Gombo, ancien officier de renseignement de la deuxième République, autour de la présence des autorités gouvernementales et des diplomates occidentaux lors de la cérémonie d’intronisation du bourgmestre de la commune rurale de Minembwe, Gaz Mukiza, lundi 28 septembre 2020.

CONSIDERATIONS AUTOUR DE LA PRESENCE DES AUTORITES GOUVERNEMENTALES ET DES DIPLOMATES OCCIDENTAUX A LA CEREMONIE DE LANCEMENT DE LA COMMUNE RURALE DE MINEMBWE

Faute de données de renseignements, nous nous sommes basé sur la simple observation des faits, laquelle nous permet de relever les considérations ci-après :

1.- La présence des membres du gouvernement central à Minembwe en cette circonstance induit l’idée selon laquelle il s’est bien agi d’une politique assumée du gouvernement.  

2.- La présence des diplomates occidentaux lors de cette circonstance apporte la confirmation de ce que leurs pays ont toujours planifié et soutenu ce processus de balkanisation dont Patrice Lumumba parlait déjà en 1960.

3.- La présence du ministre de la Défense dans la délégation, alors que le colonel Michel RUKUNDA alias MAKANIKA a déserté les rangs des FARDC “pour aller défendre ses frères ” à Minembwe, participe de cette politique où le sens de l’État a disparu. Or, ce qui était attendu de lui c’était de s’activer pour faire arrêter, juger et condamner ce déserteur par le Conseil de guerre. ( De propos délibéré , j’ai toujours rejeté la nouvelle nomenclature des juridictions militaires issue des maquis du PRP de Laurent-Désiré Kabila) .

Comme à l’accoutumée dans la crise de l’Est de la RDC, le gouvernement central s’est contenté d’un ersatz de solution. Or, c’est un lieu commun d’affirmer que tout mauvais diagnostic conduit toujours à une mauvaise médication. En l’espèce, le mauvais diagnostic dans la problématique de l’érection de Minembwe en Commune rurale consiste en une espèce de mimétisme de la Conférence de Berlin de 1885. De fait, des personnes résidant à Kinshasa se sont imaginé qu’en traçant à la latte et au crayon les limites de la Commune de Minembwe suffirait à régler la problématique des ” Banyamulenge qui seraient nos frères congolais

Visiblement, les autorités centrales ont fait fi du point de vue des tribus congolaises qui affirment – avec raison d’ailleurs – que ces terres leur appartiennent depuis leurs ancêtres. Car c’est là la question de fond qui n’intéresse ni les “géostratèges occidentaux”, encore moins les autorités congolaises qui ont choisi le parti de se satisfaire de la situation de satellisation de la RD Congo par rapport au Rwanda. Nous y reviendrons dans une autre intervention. Car au Congo, toutes les tribus/ethnies se caractérisent au moins par une constante incontestable : depuis les temps ancestraux, ces tribus/ethnies ont toujours été les propriétaires des terres qu’elles habitent.

Curieusement, à Kitobo, à Mulenge, dans le Masisi ou ailleurs où leur présence est signalée, les Banyarwanda – car c’est ce qu’ils sont en réalité – n’ont jamais été propriétaires des terres des localités où ils habitent, même si leurs théoriciens et historiographes ont toujours affirmé que ces populations vivent au Congo bien avant la Conférence de Berlin ! 

Est-ce si difficile de comprendre par ce simple fait que ces personnes ne peuvent pas revendiquer la nationalité congolaise d’origine ? 

En passant outre le point de vue des populations congolaises des localités concernées, les autorités centrales n’ont fait qu’exacerber leurs sentiments de frustration, eux-mêmes générateurs du désir de récupérer à tous prix, y compris par les armes, les terres dont ils viennent d’être spoliés. Pire, la promesse faite par ces diplomates de financer des projets de viabilisation (développement) de la Commune de Minembwe va accentuer, si elle était tenue, non pas seulement la frustration des populations originaires des Hauts-Plateaux (Babembe , Banyindu , Bafulero  et les Bavira), mais l’ensemble des populations congolaises .

Dès lors, comment pense-t-on un seul instant qu’on a résolu la problématique du foncier – et donc de la citoyenneté – des Banyarwanda dits Banyamulenge ? 

Espère-t-on le faire par les armes ? Les autorités s’imaginent peut-être que le récent acheminement des renforts des FARDC à Minembwe va suffire à faire taire les tribus/ethnies congolaises et ainsi, résoudre le problème. C’est une mauvaise appréciation, car ni la présence des FARDC, ni celle des troupes de la MONUSCO, moins encore des milices TWIRWANEHO ou les NGUMINO financées et armées par Azarias RUBERWA n’ont ou émousser l’intrépidité des patriotes Mai Mai dans la défense de leurs terres ancestrales, qu’importe l’existence d’une Loi foncière.

La conséquence qui va découler de ce fait accompli sera la radicalisation des tribus congolaises spoliées au profit d’une communauté étrangère dont les membres usent et abusent des armes pour “prouver” leur nationalité.

Enfin – et cela n’est pas des moindres, cette double présence fait résonner dans nos oreilles les terribles propos tenus par Paul Kagame et que nous restituons ici approximativement :”Dans ce gouvernement (de la RDC), il n’y a personne, du sommet à la base, je répète : il n’y a personne à commencer par le sommet qui ne vienne ici chez moi …”. Chacun est libre de donner la traduction qu’il veut de ces propos qui datent du régime sortant. Et tous les faisceaux indiquent que rien n’a changé. Ou plutôt si : les choses ont empiré. Le larbinisme s’est même mué en vassalisation, étant entendu que le maître visible trône à Kigali d’où il dicte ce qu’il veut à ses vassaux si obséquieux. 

Car l’on oublie que le projet de faire de Minembwe un territoire puis une Commune rurale découle d’une vision de Paul Kagame en personne, et que c’est le RCD qui l’a concrétisé, avant de le faire confirmer par Kinshasa. La mutation de Minembwe en Commune rurale participe également de cette vision. Et les Banyarwandas ne s’arrêteront pas en si bon chemin. Mais c’est un autre sujet que nous nous proposons de traiter dans un autre papier.

En attendant, l’on devra s’attendre à la reprise et à l’intensification des affrontements à Minembwe et ses environs. Et à l’arrivée de nouveaux renforts en provenance du Rwanda pour’ assurer la mission messianique de Paul Kagame de défendre les Tutsis partout où il estime qu’ils sont en danger.

Fabien Gombo 

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A propos de l'auteur

Commentaires

  • L’Afrique, par la voix de Jean Claude Gakosso, réitère sa revendication d’avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies

    L’Afrique, par la voix de Jean Claude Gakosso, réitère sa revendication d’avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies

    « Les pays africains ne peuvent indéfiniment s’accommoder d’être marginalisés dans les cercles où se décide l’avenir du monde entier dont…
    En savoir plus
    Le système des Nations Unies au Congo mise sur la presse pour mieux faire connaître son travail

    Le système des Nations Unies au Congo mise sur la presse pour mieux faire connaître son travail

    Le système des Nations Unies – dont l’appui au développement de la République du Congo remonte dans les années 70…
    En savoir plus

  • Guterres : l’Assemblée générale de l’ONU doit rassembler le monde pour vaincre le coronavirus

    Guterres : l’Assemblée générale de l’ONU doit rassembler le monde pour vaincre le coronavirus

    Au début de cette 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le chef de l’ONU a plaidé, mercredi, pour…
    En savoir plus
    739 cas de violations des droits de l’homme documentés en RDC en juillet 2020

    739 cas de violations des droits de l’homme documentés en RDC en juillet 2020

    En juillet 2020, le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) en République démocratique du Congo (RDC)…
    En savoir plus
    La Région africaine renforce sa préparation au nouveau coronavirus

    La Région africaine renforce sa préparation au nouveau coronavirus

    Brazzaville, le 5 février 2020 – Bien qu’aucun cas confirmé de nouveau coronavirus n’ait été signalé dans la Région africaine, l’Organisation…
    En savoir plus
    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    Selon un communiqué de Human Rights Watch (HRW) daté du 15 mars 2019, cette menace serait motivée par « une possible…
    En savoir plus
    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    Aujourd’hui, le 8 mars 2019, la Cour pénale internationale (« CPI » ou la « Cour ») célèbre la Journée…
    En savoir plus

  • Leadership Féminin

    Désirer  ou dominer ?

    Désirer ou dominer ?

    Cet article publié, trois jours avant la Saint Valentin 2020, n’a nullement l’intention de donner des réponses toutes faites. Son…
    En savoir plus
    Valdie kaya Muissy : « Avec le 8 mars, les femmes africaines ont importé une histoire qui n’est pas la leur »

    Valdie kaya Muissy : « Avec le 8 mars, les femmes africaines ont importé une histoire qui n’est pas la leur »

    Face aux dérives constatées lors des célébrations de la Journée internationale de la femme sur le continent africain, en général,…
    En savoir plus
    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Mariée et mère de famille, Madeleine Mbongo Mpasi est professeure des Universités. Sa spécialité : l’enseignement et les approches théoriques du…
    En savoir plus
    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Fort de son succès à la présidentielle de 2018, en partenariat avec l’UDPS, l’UNC de Vital Kamerhe tient à consolider…
    En savoir plus
    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Chef de cuisine et patronne du restaurant La Pirogue à Brazzaville, Olivia Bumba est spécialiste de la cuisine française. Cependant,…
    En savoir plus
    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Française d’origine congolaise, Rebecca Mbette, prône l’interculturalité comme une valeur essentielle. C’est pourquoi, profondément marquée par les violences urbaines qui…
    En savoir plus
    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki (mutuelle). C’est une initiative lancée par Mme Elphie Schella Tsana, présidente de l’Association des mères…
    En savoir plus
    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI née BOUHOYI vient de totaliser vingt ans de carrière dans le metier de la communication où…
    En savoir plus
    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya est en train de se spécialiser en sexologie à l’Institut de sexologie de Paris. Elle nous dévoile, ici,…
    En savoir plus
    Appel de Danielle Sassou Nguesso à rejoindre le mouvement Libérons l’égalité

    Appel de Danielle Sassou Nguesso à rejoindre le mouvement Libérons l’égalité

    Mme Danielle Sassou Nguesso, présidente de la Fondation Sounga, a lancé un appel à l’égalité homme-femme et à rejoindre le…
    En savoir plus

  • Toseka