Journée mondiale de la santé 2021 : l’OMS plaide pour un monde plus juste et en meilleure santé

Pour le directeur régional de l’OMS pour Afrique, Dre Matshidiso Moeti, des inégalités en matière de santé subsistent à la fois au sein des pays et entre ces derniers. « Afin d’inverser cette tendance, nous devons agir sur les déterminants socioéconomiques de la santé, en menant une action multisectorielle qui permettrait d’améliorer les conditions de vie et de travail des groupes les plus marginalisés, tout en leur offrant un meilleur accès à l’éducation. En outre, les communautés doivent être associées à cette démarche en tant que partenaires, en s’appuyant sur leurs réseaux et leurs associations, afin d’impulser et de mettre en œuvre des initiatives de promotion de la santé et du développement », a préconisé le fonctionnaire onusien.

Ci-dessous le message du directeur régional de l’OMS pour Afrique, Dr Matshidiso Moeti, relatif à la célébration de la Journée mondiale de la santé célébrée le 7 avril de chaque année depuis 1950.

Message de la Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé (7 avril 2021)

À l’occasion de cette édition de la Journée mondiale de la santé, l’OMS lance un appel à chacun d’entre nous afin que nous puissions tous œuvrer pour un monde plus juste et en meilleure santé.

La pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) a mis en évidence les inégalités qui existent entre les pays. Les pays africains, qui sont confrontés à des pénuries de fournitures essentielles, sont à la traîne en matière d’accès aux kits de dépistage de la COVID-19, aux équipements de protection individuelle et, aujourd’hui, en matière d’accès aux vaccins. Sur 548 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 administrées dans le monde, seulement 11 millions de doses, soit 2 % des stocks distribués, ont été administrées sur le continent africain, qui abrite pourtant près de 17 % de la population mondiale.

Des inégalités subsistent aussi entre les pays. En effet, les discriminations fondées sur le sexe, le lieu de résidence, le niveau de revenus, le niveau d’instruction, l’âge, l’appartenance ethnique et le handicap s’entrechoquent au détriment des populations vulnérables. À titre d’exemple, des données récentes collectées dans 17 pays africains1 révèlent que les possibilités d’accès aux services de contraception sont trois fois plus élevées pour une personne qui a un niveau d’instruction secondaire que pour une personne non scolarisée. De même, les femmes qui se situent dans les quintiles de richesse les plus élevés sont cinq fois plus susceptibles d’accoucher dans des formations sanitaires et de faire administrer le vaccin antipoliomyélitique oral à leurs bébés que les femmes des quintiles les plus bas.

Afin d’inverser cette tendance, nous devons agir sur les déterminants socioéconomiques de la santé, en menant une action multisectorielle qui permettrait d’améliorer les conditions de vie et de travail des groupes les plus marginalisés, tout en leur offrant un meilleur accès à l’éducation. En outre, les communautés doivent être associées à cette démarche en tant que partenaires, en s’appuyant sur leurs réseaux et leurs associations, afin d’impulser et de mettre en œuvre des initiatives de promotion de la santé et du développement.

L’un des défis majeurs qui entravent les efforts de lutte contre les inégalités réside dans l’insuffisance des données permettant de déterminer les groupes non atteints et de comprendre les raisons de ce problème. Afin de combler ces insuffisances, les systèmes nationaux d’information sanitaire doivent recueillir des données ventilées selon l’âge, le sexe et le niveau d’équité. Ces informations pourront ensuite servir à éclairer la prise de décisions et l’élaboration des politiques.

L’OMS œuvre de concert avec les pays pour renforcer les capacités de collecte, de gestion et d’exploitation des données, et pour améliorer le suivi et l’action qui sont menés afin de lutter contre les inégalités évitables. Au cours de l’année écoulée, nous avons publié des lignes directrices techniques concernant la parité hommes-femmes et la COVID-19, et nous avons formé 30 équipes au niveau des pays2 à l’élaboration de programmes intégrés pour la promotion de la parité hommes-femmes et de l’équité en santé. Ces équipes mettent à profit les compétences qu’elles ont acquises pour soutenir l’action en faveur d’une plus grande équité en santé et lutter contre la violence sexiste dans le contexte de la COVID-19.

Des investissements accrus s’avèrent aussi nécessaires en vue d’accélérer les progrès accomplis sur la voie de la couverture sanitaire universelle, de protéger les personnes contre les difficultés financières qui entravent l’accès aux soins dont elles ont besoin, et d’améliorer la couverture des services. La majorité des pays africains ont engagé des réformes dans ces domaines, dans l’espoir que ces initiatives contribueront à édifier des systèmes de santé et des sociétés plus résilients.

À l’avenir, les dirigeants doivent œuvrer en synergie, dans un esprit de solidarité internationale, pour mettre fin aux inégalités dans leurs propres pays comme sur l’ensemble du continent. S’agissant en particulier des vaccins contre la COVID-19, j’exhorte les laboratoires pharmaceutiques à accroître leurs capacités de production pour pallier les pénuries observées en matière d’approvisionnement. Nous lançons aussi un appel aux pays riches, en les invitant à partager leurs doses, afin de protéger les groupes les plus vulnérables dans tous les pays, de sauver des vies et de surmonter rapidement cette crise mondiale.

Je saisis l’occasion de cette Journée mondiale de la santé pour appeler les États Membres, les partenaires, les organisations de la société civile, les communautés et les autres parties prenantes à collaborer plus étroitement avec l’OMS, afin d’instaurer la couverture sanitaire universelle, et je les exhorte à promouvoir des investissements qui permettent d’agir sur les déterminants socioéconomiques de la santé, afin de résorber les inégalités et de bâtir un monde plus juste et en meilleure santé.

L’OMS reste déterminée à faire en sorte que chacun, en Afrique et dans le monde, puisse réaliser son droit à une bonne santé.

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A propos de l'auteur

Commentaires

  • Journée mondiale de la santé 2021 : l’OMS plaide pour un monde plus juste et en meilleure santé

    Journée mondiale de la santé 2021 : l’OMS plaide pour un monde plus juste et en meilleure santé

    Pour le directeur régional de l’OMS pour Afrique, Dre Matshidiso Moeti, des inégalités en matière de santé subsistent à la fois…
    En savoir plus
    Communiqué de presse relatif au Rapport sur le développement humain 2020

    Communiqué de presse relatif au Rapport sur le développement humain 2020

    Aucun Etat « n’a encore atteint un très haut niveau de développement humain sans avoir exercé une pression énorme sur…
    En savoir plus
    L’Afrique, par la voix de Jean Claude Gakosso, réitère sa revendication d’avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies

    L’Afrique, par la voix de Jean Claude Gakosso, réitère sa revendication d’avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies

    « Les pays africains ne peuvent indéfiniment s’accommoder d’être marginalisés dans les cercles où se décide l’avenir du monde entier dont…
    En savoir plus
    Le système des Nations Unies au Congo mise sur la presse pour mieux faire connaître son travail

    Le système des Nations Unies au Congo mise sur la presse pour mieux faire connaître son travail

    Le système des Nations Unies – dont l’appui au développement de la République du Congo remonte dans les années 70…
    En savoir plus

  • António Guterres, appelle à faire du vaccin un bien public mondial et à passer du confinement des sociétés au confinement du virus

    António Guterres, appelle à faire du vaccin un bien public mondial et à passer du confinement des sociétés au confinement du virus

    Après un an de Covid-19, le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, appelle à faire du vaccin un bien public…
    En savoir plus
    Guterres : l’Assemblée générale de l’ONU doit rassembler le monde pour vaincre le coronavirus

    Guterres : l’Assemblée générale de l’ONU doit rassembler le monde pour vaincre le coronavirus

    Au début de cette 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le chef de l’ONU a plaidé, mercredi, pour…
    En savoir plus
    739 cas de violations des droits de l’homme documentés en RDC en juillet 2020

    739 cas de violations des droits de l’homme documentés en RDC en juillet 2020

    En juillet 2020, le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) en République démocratique du Congo (RDC)…
    En savoir plus
    La Région africaine renforce sa préparation au nouveau coronavirus

    La Région africaine renforce sa préparation au nouveau coronavirus

    Brazzaville, le 5 février 2020 – Bien qu’aucun cas confirmé de nouveau coronavirus n’ait été signalé dans la Région africaine, l’Organisation…
    En savoir plus
    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    Selon un communiqué de Human Rights Watch (HRW) daté du 15 mars 2019, cette menace serait motivée par « une possible…
    En savoir plus
    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    Aujourd’hui, le 8 mars 2019, la Cour pénale internationale (« CPI » ou la « Cour ») célèbre la Journée…
    En savoir plus

  • Leadership Féminin

    Il est temps de passer à la vitesse supérieure : la participation des femmes

    Il est temps de passer à la vitesse supérieure : la participation des femmes

    Déclaration de Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, 8 mars…
    En savoir plus
    Désirer  ou dominer ?

    Désirer ou dominer ?

    Cet article publié, trois jours avant la Saint Valentin 2020, n’a nullement l’intention de donner des réponses toutes faites. Son…
    En savoir plus
    Valdie kaya Muissy : « Avec le 8 mars, les femmes africaines ont importé une histoire qui n’est pas la leur »

    Valdie kaya Muissy : « Avec le 8 mars, les femmes africaines ont importé une histoire qui n’est pas la leur »

    Face aux dérives constatées lors des célébrations de la Journée internationale de la femme sur le continent africain, en général,…
    En savoir plus
    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Mariée et mère de famille, Madeleine Mbongo Mpasi est professeure des Universités. Sa spécialité : l’enseignement et les approches théoriques du…
    En savoir plus
    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Fort de son succès à la présidentielle de 2018, en partenariat avec l’UDPS, l’UNC de Vital Kamerhe tient à consolider…
    En savoir plus
    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Chef de cuisine et patronne du restaurant La Pirogue à Brazzaville, Olivia Bumba est spécialiste de la cuisine française. Cependant,…
    En savoir plus
    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Française d’origine congolaise, Rebecca Mbette, prône l’interculturalité comme une valeur essentielle. C’est pourquoi, profondément marquée par les violences urbaines qui…
    En savoir plus
    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki (mutuelle). C’est une initiative lancée par Mme Elphie Schella Tsana, présidente de l’Association des mères…
    En savoir plus
    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI née BOUHOYI vient de totaliser vingt ans de carrière dans le metier de la communication où…
    En savoir plus
    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya est en train de se spécialiser en sexologie à l’Institut de sexologie de Paris. Elle nous dévoile, ici,…
    En savoir plus

  • Toseka