L’UNHCR sait, depuis 61 ans, que les Banyarwanda de Minembwe ne sont pas congolais

 Dans un communiqué daté de 1959, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés avait interdit aux Réfugiés Banyarwanda qu’il venait d’installer à Mulenge , Lemera et Katobo , de se mêler de la politique du Congo .

En 1972, Barthélémy Bisengimana qui avait été recommandé au Général Mobutu par les Belges (par le truchement de son intendant belge le colonel Powis), avait fait signer au Président Mobutu l’Ordonnance-Loi n° 1972-002 du 5 janvier 1972 portant attribution collective de la nationalité zaïroise aux individus ressortissants de l’ancien Territoire du Ruanda-Urundi.

L’on pourrait s’arrêter momentanément à cette Ordonnance-Loi pour relever deux faits : (i) le texte précité spécifiait clairement que ces individus, étaient des Banyarwanda ressortissants de l’ancien Territoire du Rwanda-Urundi ; (ii) si ces Banyarwanda étaient des congolais d’origine, pourquoi avaient-ils eu besoin de se voir attribuer la nationalité zaïroise par Ordonnance-Loi ?

En 1981, le Comité Central du MPR avait décidé au cours d’une de ses sessions de l’abrogation de l’Ordonnance-Loi qu’elle avait jugé inique, tout simplement parce que l’acquisition de la nationalité procède d’une démarche individuelle et non collective. À la place, le Président de la République avait promulgué la Loi n°. 1981-002 sur la nationalité zaïroise. En clair, la Loi de 1981 abrogeait l’Ordonnance-Loi inique de Barthélémy Bisengimana.

Lettre des Banyamulenges au SG de l’ONU

Après l’abrogation de l’Ordonnance-Loi de 1972, les Banyarwanda adressèrent une lettre au Secrétaire général de l’ONU pour l’informer de ce “qu’ils n’acceptaient pas d’être dépouillés de la nationalité zaïroise acquise depuis 1972 ». C’est la raison pour laquelle ils demandaient au SG de l’ONU “d’intervenir auprès des autorités zaïroises pour qu’en accord avec les pays de la zone , l’autodétermination soit organisée dans les zones de Goma , Rutshuru , Walikale , Masisi , Idjwi, Kalehe qui, après le référendum sous l’égide de l’ONU et de l’OUA, constituera un État à part qui aura à solliciter une reconnaissance internationale “.

Voilà des gens, à qui le HCR avait interdit de faire la politique, en train de solliciter des interventions pour pouvoir constituer un État indépendant.

Massacres à grande échelle et peuplement pour gagner au référendum.

Pour pouvoir gagner au référendum, il va falloir que les Banyarwanda soient majoritaires dans les zones convoitées. Et pour y parvenir, la solution est simple : ils organisent les massacres en masse des populations autochtones et en chassent les survivants qui sont obligés de fuir leurs villages pour aller errer dans la forêt d’une part et, d’autre part, Kigali déverse des citoyens rwandais dans les villages désertés par les originaires. Et quand les Banyarwanda s’assureront de leur majorité numérique, ils vont passer à la phase d’un référendum d’autodétermination, à l’effet de devenir un État apparemment indépendant, mais qui va “décider” de s’allier ou de s’auto annexer au Rwanda.

Quelle différence entre les Congolais bardés de diplômés, et les Chégués ?

Nous sommes là en face d’un processus d’une logique implacable où l’on a d’un côté l’oligarchie Tutsie mieux connue sous sa dénomination de Tutsi Power qui travaille méthodiquement pour arracher des terres congolaises pour en faire un État indépendant transitoire avant son auto annexion au Rwanda. De l’autre côté, on a la classe dirigeante qui collabore consciemment à ce processus pourvu qu’elle en tire des miettes, et par ailleurs, une large portion des citoyens congolais qui s’enivre à longueur des journées et danse du ndombolo jusqu’à se fatiguer.

Mais il y a une autre catégorie de congolais, composée des diplômés d’universités. Ceux-ci estiment que la balkanisation est un problème congolo-congolais, qu’en parler donnerait un poids immérité à Kagame considéré par les alarmistes comme un démiurge. Ils ajoutent sans rire que la RDC est puissante puisque vaste, riche et peuplée, par rapport à un Rwanda chétif, peu peuplé et pauvre ! Quelle différence entre ces compatriotes bardés de diplômés et ces Chégués et ces Atalaku qui, dans leur inconscience, crient à tue-tête :”RDC eloko makasi “?

Le train de la balkanisation est en marche

Avec la régularité d’un métronome, le train de la balkanisation parti de Kigali chemine vers sa gare terminus. L’on en voudrait pour preuve cette lettre du 3 novembre 1972 que le chef coutumier Barundi a adressée au Mwami Ndeze pour vanter le travail d’infiltration des institutions du Congo effectué par Barthélémy Bisengimana.

Plus récemment en 2004, monsieur Rugwiza , Administrateur du Territoire de Minembwe , a écrit au Vice-Président Azarias Ruberwa pour le tenir informé d’une réunion qui a eu lieu à Kigali . Au cours de cette réunion, Kagame a décidé de la création du Territoire de Minembwe aux fins de prendre le contrôle des minerais et des Lacs Kivu et  Tanganyika, et de dominer les autochtones congolais. Les investissements lourds consentis à Kalemie, dans la Province du Tanganyika, auraient-ils un lien avec la balkanisation qui englobera également ladite Province

Un complot international

Le funeste projet de la balkanisation de la RDC est un arbre qui cache la forêt. Alors qu’en 1997 nous étions en négociations à Waterkluf (Près de Pretoria), avec la délégation américaine qui représentait l’AFDL, l’ambassadeur George Moose qui en était le Chef avait fait cette déclaration : « Mr. Ngbanda, vous avez été formé dans notre pays et nous savons que vous êtes un homme très intelligent. Pensez- vous vraiment que le Rwanda a les moyens de vous faire cette guerre ? Vous vous battez plutôt contre les USA et, croyez-moi, vous n’avez aucun moyen d’en sortir vainqueur (…) »

Ce bref rappel de l’histoire récente du Congo permet de dire que les Kagame, Museveni et leurs collaborateurs ne sont que l’arbre qui cache la forêt. En réalité, le projet de balkanisation est porté par les multinationales qui se servent du Rwanda notamment, un simple proxy. L’homme de la sale besogne en profite largement pour saigner la RDC aux fins du développement de son pays et de son enrichissement personnel . Avec la complicité plus qu’active de la classe dirigeante du Congo d’hier et d’aujourd’hui, et d’un important pan des intellectuels congolais.

Un ex- SG de l’OUA agent actif de la balkanisation de la RDC

En son temps, l’ancien Secrétaire général de l’OUA, le tanzanien Ahmed Salim Ahmed, avait reçu mission d’un lobby américain pour convaincre les Chefs d’États d’Afrique afin de revoir les tracés des frontières de certains États des Grands Lacs, notamment l’Ouganda, le Rwanda, la Tanzanie et l’Est de la RDC dans le but de créer un État des Hamites, le reste du Congo pouvant revenir aux Bantous.

Quand la plus haute autorité de la République affirme que son rapprochement avec Paul Kagame a pour finalité de l’amener à un arrangement à l’amiable, seule la considération que nous devons à la fonction qu’il incarne nous interdit de lui dire de gros mots. En tout état de cause, nous pouvons affirmer tout haut que le Président de la RDC n’est pas outillé pour influencer son homologue rwandais.

Nous invitons les congolais à prendre date aujourd’hui et archiver cette contribution : sauf un sursaut de dernière minute de leur part, les Kagame et les Ruberwa ne se contenteront pas de la Commune rurale de Minembwe. Ce serait contraire à leur logique obsessionnelle. Face aux complicités plus ou moins conscientes de la classe dirigeante, à l’absence de conscience patriotique de quelques congolais et à l’insouciance de beaucoup, nous pouvons affirmer que le pire est à venir pour la RDC.

Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, Maitre Innocent Segohobe, notable du Nord-Kivu, annonce le dépôt prochainement au Parlement d’une pétition en vue du découpage territorial du Nord-Kivu. Il annonce même que cela va se faire très rapidement .Le cycle sera difficile à arrêter.

Fabien GOMBO


Source
: Honoré Ngbanda in “Crimes organisés en Afrique Centrale, Éditions Duboiris, et la dernière vidéo du président national de l’Apareco.

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A propos de l'auteur

Commentaires

  • L’Afrique, par la voix de Jean Claude Gakosso, réitère sa revendication d’avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies

    L’Afrique, par la voix de Jean Claude Gakosso, réitère sa revendication d’avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité des Nations Unies

    « Les pays africains ne peuvent indéfiniment s’accommoder d’être marginalisés dans les cercles où se décide l’avenir du monde entier dont…
    En savoir plus
    Le système des Nations Unies au Congo mise sur la presse pour mieux faire connaître son travail

    Le système des Nations Unies au Congo mise sur la presse pour mieux faire connaître son travail

    Le système des Nations Unies – dont l’appui au développement de la République du Congo remonte dans les années 70…
    En savoir plus

  • Guterres : l’Assemblée générale de l’ONU doit rassembler le monde pour vaincre le coronavirus

    Guterres : l’Assemblée générale de l’ONU doit rassembler le monde pour vaincre le coronavirus

    Au début de cette 75e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le chef de l’ONU a plaidé, mercredi, pour…
    En savoir plus
    739 cas de violations des droits de l’homme documentés en RDC en juillet 2020

    739 cas de violations des droits de l’homme documentés en RDC en juillet 2020

    En juillet 2020, le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) en République démocratique du Congo (RDC)…
    En savoir plus
    La Région africaine renforce sa préparation au nouveau coronavirus

    La Région africaine renforce sa préparation au nouveau coronavirus

    Brazzaville, le 5 février 2020 – Bien qu’aucun cas confirmé de nouveau coronavirus n’ait été signalé dans la Région africaine, l’Organisation…
    En savoir plus
    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    Selon un communiqué de Human Rights Watch (HRW) daté du 15 mars 2019, cette menace serait motivée par « une possible…
    En savoir plus
    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    Aujourd’hui, le 8 mars 2019, la Cour pénale internationale (« CPI » ou la « Cour ») célèbre la Journée…
    En savoir plus

  • Leadership Féminin

    Désirer  ou dominer ?

    Désirer ou dominer ?

    Cet article publié, trois jours avant la Saint Valentin 2020, n’a nullement l’intention de donner des réponses toutes faites. Son…
    En savoir plus
    Valdie kaya Muissy : « Avec le 8 mars, les femmes africaines ont importé une histoire qui n’est pas la leur »

    Valdie kaya Muissy : « Avec le 8 mars, les femmes africaines ont importé une histoire qui n’est pas la leur »

    Face aux dérives constatées lors des célébrations de la Journée internationale de la femme sur le continent africain, en général,…
    En savoir plus
    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Mariée et mère de famille, Madeleine Mbongo Mpasi est professeure des Universités. Sa spécialité : l’enseignement et les approches théoriques du…
    En savoir plus
    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Fort de son succès à la présidentielle de 2018, en partenariat avec l’UDPS, l’UNC de Vital Kamerhe tient à consolider…
    En savoir plus
    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Chef de cuisine et patronne du restaurant La Pirogue à Brazzaville, Olivia Bumba est spécialiste de la cuisine française. Cependant,…
    En savoir plus
    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Française d’origine congolaise, Rebecca Mbette, prône l’interculturalité comme une valeur essentielle. C’est pourquoi, profondément marquée par les violences urbaines qui…
    En savoir plus
    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki (mutuelle). C’est une initiative lancée par Mme Elphie Schella Tsana, présidente de l’Association des mères…
    En savoir plus
    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI née BOUHOYI vient de totaliser vingt ans de carrière dans le metier de la communication où…
    En savoir plus
    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya est en train de se spécialiser en sexologie à l’Institut de sexologie de Paris. Elle nous dévoile, ici,…
    En savoir plus
    Appel de Danielle Sassou Nguesso à rejoindre le mouvement Libérons l’égalité

    Appel de Danielle Sassou Nguesso à rejoindre le mouvement Libérons l’égalité

    Mme Danielle Sassou Nguesso, présidente de la Fondation Sounga, a lancé un appel à l’égalité homme-femme et à rejoindre le…
    En savoir plus

  • Toseka