Les résultats de la surveillance des décès maternels, néonatals et infantiles de 2018

271 décès maternels sur 60684 naissances vivantes enregistrées dans toutes les formations sanitaires du Congo-Brazzaville en 2018, soit 5 décès maternels par semaine épidémiologique. Mais la majorité des cas de décès maternels, néonatals et infantiles enregistrés dans le pays sont évitables comme le souligne le rapport de la surveillance de l’Observatoire national des décès maternels, néonatals et infantiles.

C’est le Dr Guy Michel Mbemba, conseiller à la santé maternelle de la représentation de l’OMS en République du Congo et secrétaire adjoint de l’Observatoire, qui a été chargé rendre public ce rapport par le Pr Léon Hervé Iloki, coordonnateur de cet organe, lundi 20 mars 2019 dans la salle de conférence de l’Hôpital Mère enfant Blanche Gomez de Brazzaville. Selon ce rapport, 1556 cas de mort-nés ont été enregistrés, soit 29 décès en moyenne par semaine. La mortalité néonatale est estimée à 2048, soit 39 décès par semaine. La Lékoumou, Brazzaville et Pointe-Noire sont les départements où le taux de la mortalité néonatale est supérieur à la moyenne nationale estimée à 20,7 décès sur 1000 naissances vivantes.

En outre, les formations médicales ont notifié 929 cas de décès post néonatals, soit une moyenne de 18 décès par semaine ; 1133 cas de décès post-infantiles, soit 21 décès par semaine ; et 566 décès post-juvéniles, soit une moyenne de 11 décès par semaine. A cela s’ajoutent 2495 corps en dépôt des enfants de 0 à 10 ans notifiés dans les formations sanitaires de Brazzaville et de Pointe-Noire, représentant 30% de l’ensemble des décès des enfants.

Avec ces données, le Congo-Brazzaville aura du mal à atteindre d’ici 2030 les Objectif de développement durable (ODD) liés à la santé si les efforts conséquents ne sont fournis. En effet, selon l’ODD 3, plusieurs Etats, à l’instar du Congo, sont appelés à « faire passer le taux mondial de mortalité maternelle au-dessous de 70 pour 100 000 naissances vivantes » ; et à « ramener la mortalité néonatale à 12 pour 1 000 naissances vivantes au plus et la mortalité des enfants de moins de 5 ans à 25 pour 1 000 naissances vivantes au plus. »

Le causes décès maternels, néonatals et infantiles en 2018

L’hémorragie demeure depuis plusieurs années la principale cause des décès maternels au Congo (51%), suivie de l’éclampsie (19,6%), du VIH/SIDA et des complications anesthésiques. La prématurité (36%), l’infection néonatale/sepsis (27%), l’asphyxie (23%) et la malformation (3%) sont les causes des décès néonatals.  Le paludisme (30,4%) est la principale cause des décès des enfants âgés de 1 à 4 ans, suivis du sepsis sévère (19,4%) et des infections respiratoires aigues (12,42%).

Des décès évitables

Un détail important : la majorité des décès ont été jugés évitables si les enfants et les femmes décédés avaient pu de bénéficier des soins appropriés à temps. En ce qui concerne la mortalité maternelle, par exemple, 257 cas de décès, soit 95%, auraient pu être évités. Cependant, même si la majorité des décès sont survenus dans les formations sanitaires publiques, il n’en demeure pas moins vrai que les responsabilités sont partagées. Les échanges organisés sur cette question indexent, entre autres, les parents qui gardent les enfants malades longtemps à la maison et n’attendent que le moment critique pour les amener à l’hôpital. Puis, les s femmes enceintes, celles qui sont démunies et vivant en milieu rural notamment, et qui ne se présentent pas à la consultation prénatale ou qui mettent du temps pour se rendre à l’hôpital lorsqu’elles commencent à avoir les douleurs d’enfantement.

Un autre facteur non négligeable est le retard dû au manque de plateau technique approprié obligeant un hôpital de référer un enfant malade ou une femme ayant des complications liées à la grossesse et à l’accouchement vers un autre hôpital mieux équipé. Les dysfonctionnements du système de santé congolais ont été aussi indexés. D’autant plus que le manque de médicament et le manque fréquent de sang pour arrêter les hémorragies ne sont pas de nature à sauver les vies. A cela s’ajoute l’expérience insuffisante de certains prestataires des soins de santé maternels, néonatals et infantiles.

Jean René Kule Kongba

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

A propos de l'auteur

Commentaires

  • Recrutement des Directeurs centraux pour le compte du ministère en charge de l’enseignement technique et de l’emploi

    SERVTEC CONGO, recrute pour le Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel, de la Formation Qualifiante et de l’Emploi du Congo-Brazzaville…
    Read More

  • L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    L’Administration Trump menace d’interdire de visa aux enquêteurs de la CPI

    Selon un communiqué de Human Rights Watch (HRW) daté du 15 mars 2019, cette menace serait motivée par « une possible…
    Read More
    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    JIF 2019 : la CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité

    Aujourd’hui, le 8 mars 2019, la Cour pénale internationale (« CPI » ou la « Cour ») célèbre la Journée…
    Read More

  • Leadership Féminin

    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Madeleine Mbongo Mpasi : « Les lignes ont semblé bouger pour ce qui est de la liberté de la presse en RDC »

    Mariée et mère de famille, Madeleine Mbongo Mpasi est professeure des Universités. Sa spécialité : l’enseignement et les approches théoriques du…
    Read More
    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Bichette Lweso Yagbiaka chargée pour renforcer l’ancrage de l’UNC dans le Nord-Ubangi

    Fort de son succès à la présidentielle de 2018, en partenariat avec l’UDPS, l’UNC de Vital Kamerhe tient à consolider…
    Read More
    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Olivia Bumba « Il faut avoir de la passion pour exercer le métier de cuisinier »

    Chef de cuisine et patronne du restaurant La Pirogue à Brazzaville, Olivia Bumba est spécialiste de la cuisine française. Cependant,…
    Read More
    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Rebecca Mbette : « L’association Maman Chérie a pour objectif de donner aux femmes les moyens d’assumer leur rôle de première éducatrice de la famille »

    Française d’origine congolaise, Rebecca Mbette, prône l’interculturalité comme une valeur essentielle. C’est pourquoi, profondément marquée par les violences urbaines qui…
    Read More
    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki, tel est le credo d’Elphie Schella Tsana

    Un champ pour chaque moziki (mutuelle). C’est une initiative lancée par Mme Elphie Schella Tsana, présidente de l’Association des mères…
    Read More
    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI : « L’éducation est primordiale pour espérer atteindre une réelle égalité des sexes »

    Arielle Teddy THOMBET MOUBIHI née BOUHOYI vient de totaliser vingt ans de carrière dans le metier de la communication où…
    Read More
    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya : « L’éducation sexuelle commence par la connaissance du sexe opposé »

    Valdie Kaya est en train de se spécialiser en sexologie à l’Institut de sexologie de Paris. Elle nous dévoile, ici,…
    Read More
    Appel de Danielle Sassou Nguesso à rejoindre le mouvement Libérons l’égalité

    Appel de Danielle Sassou Nguesso à rejoindre le mouvement Libérons l’égalité

    Mme Danielle Sassou Nguesso, présidente de la Fondation Sounga, a lancé un appel à l’égalité homme-femme et à rejoindre le…
    Read More

  • Toseka